A propos de "mon" Japon

            Quel rapport entre les cerisiers en fleurs et les lolitas perverses ?

              Comment un Japonais peut-il être à la fois bouddhiste, shintoïste, animiste, voire athée ?

              Pourquoi s'embrasser équivaut à faire l'amour ?

              Pourquoi vivre avec une femme alors qu'il y a des poupées si parfaites ?

              Pourquoi "faire un tour" en voiture est-il le top du loisir ?

              Pourquoi les Nippons préfèrent-ils l'asymétrie, les angles, les vides ?

              Pourquoi prendre un bain le matin est-il un signe de paresse ?

 

Pas une semaine sans que l'on me demande un avis sur un voyage au Japon que se propose de faire un ami, une relation, un groupe. Car je passe auprès de certains pour en être un expert nippon ! J'en souris mais il y a de quoi se méprendre.

C’est qu'il y a des année j’ai travaillé parfois pour une multinationale à Kobe et Tokyo. C'est que j’ai visité ce pays une quarantaine de fois depuis 40 ans. C'est que depuis des années j’y expose des photos et j’y ai même été juge à Kobe, deux ans, pour un concours nippon. C'est que la moitié de mes amis sur Facebook sont des photographes japonais. J'ai même organisé des expositions pour eux à Paris. C'est que j'ai été guide au Japon pour Photographe du Monde.  Et enfin j'ai publié des livres dont le décor est nippon.

Mon vif intérêt pour ce pays étrange a été noué à 17 ans en pratiquant (modestement) l’aïkido avec un grand maître japonais.

Si mon certificat en nipponerie peut être jugé authentique c'est parce que vous ne connaissez pas ce pays ! Car essayer de le comprendre c’est ouvrir sans cesse des portes posant plus de questions qu’elles n’en résolvent.  Lafcadio Hearn écrit en 1904 :"Je me rends compte que je ne comprends pas le moins du monde les Japonais. Je crois donc que je suis prêt à écrire cette essai". Comme lui, j’en suis là. Comme lui je sais que je ne peux pas pénétrer leur mode de pensée, je peux juste établir des liens, des causalités peut-être, reliées à l’observation.

Tous mes amis et relations pensent que je suis amoureux du Japon. C’est faux. Est-ce qu’un anthropologue est amoureux de son sujet d’étude ? Le Japon... j'en déteste une foule d'aspects : le consumérisme, la mièvrerie, le machisme, l'alcool, le mensonge, le flicage entre soi, l'hypocrisie, l'absence d'initiative, d'échange franc d'idées, le fatalisme, le respect grotesque des procédures et de l’ancienneté. Mais porter des jugements, c'est d'abord parler de soi et non de l'autre.

En revanche j'aime le vivre-ensemble du Japon, l'harmonie, la confiance, la sécurité, l'intériorisation du beau, à travers la philosophie, la pratique, l'esthétisme du dépouillement, le silence évocateur, la nature vénérée, l'éphémère comme bagage, le détail engendrant le sens, la délicatesse et le trash unis mystérieusement.

Japing n'a d'autre but que de vous fournir des notions sur ce pays, peut-être de préparer votre voyage. Et au pire de voyager un peu avec mes photos et de répondre aux questions posées au début… 

 

Voici comment mon ami photographe japonais, Susumu Shinya, avec lequel j'ai fait beaucoup de shootings et voyagé au Japon me décrit à ses amis :

異文化を見る目がそうさせるのか?
彼が日本文化に魅了され、執着することで生まれる見事な構図と色調、そしてどの写真の中にも主役とわき役がいて見せ場を心得た作品が多い。
日本人以上に日本を好み、理解し、それを外国人の視点で切り取るモチーフは非常に独特で個性的で不思議に納得のいく、魅力的なものとなっている。
又、彼の持つキャラがそうさせるのだろうが被写体となった日本人、特に老若を問わない女性群はすべての警戒心を解き放ち、彼の前にその身構えない姿を見せている。

彼と数回にわたり、撮影同行した私は彼がその警戒心を解いている現場を幾度となく見かけている。
うまく説明できないが、彼はまず、ニコニコ顔でカメラのファインダーを覗きながら被写体が断るスキを与えずに近づき、「bonjour!ボンジュール!」を繰り返し、その次には「ト・ト・ト・ト・、、、、」と訳の分からない擬音語を発して相手の断りを遮り、「ト・ト・ト」の数だけシャッターを押している。
そのリズムの良さに相手は観念し、同時に悪い人ではないと理解して笑い始めるのである。

そのあとで私が「ごめんね、パリからの写真家で、、」と注釈すると彼女たちは必ず「いいですよ!」と答えるのである。
その間も彼は「ト・ト・ト」と言いながらシャッターを押している。

© 2020 by Gilles Hanauer

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon