Ise

Ce site, à une heure de heure de train ou de voiture de Kyoto, vaut le détour. 2 sanctuaires Shinto, le Naiku et Geku sont exceptionnels. Ils sont sans doute les plus anciens du Japon et d'ailleurs la légende veut que la déesse du soleil, Amaterasu, y ait vécu il y a une éternité avant de partir à Nara fonder la dynastie impériale qui s'en est réclamé jusqu'au sinistre Hiro Ito (qui a dû admettre qu'il n'en descendait pas après la défaite du Japon de la 2ème guerre Mondiale ). C'est dire si le sanctuaire Naiku, fondé il y 2000 ans, est sacré et sans doute le plus connu du Japon. Le Geku, lui, fondé il y a 1500 ans, est dédiée à Toyouke Omikami, déesse de l'agriculture, de la nourriture et de la sériciculture (élevage du vers à soie). A noter que les historiens pensent que la légende d'Amaterasu n'est pas tout à fait exacte : le Naiku aurait été d'abord dédié à des divinités locales avant de trouver sa vocation au VIe siècle avec la déesse du soleil revendiquée par un pouvoir qui s'affirme alors.

On notera les constructions très récentes de certains bâtiments. C'est que selon la tradition shinto, ils sont brûlés tous les 20 ans pour purification et reconstruits à l'identique sur les parcelles qui les jouxtent.

Ces deux sanctuaires, distants de 6 kms, sont perdus sous les frondaisons d'arbres gigantesques qui ajoutent une note grandiose. L'arrivée sur le Naiku se fait via une réplique d'une ville de l'époque Edo, Oharaimachi, avec maisons et magasins et restaurants traditionnels en bois, construits au moment où les pèlerinages étaient plus nombreux jadis.

L'intérêt d'Ise n'est pas constitué uniquement de ces 2 sanctuaires.

A proximité, au bord de la mer à Futami, on visitera le fameux Meoto-Iwa. 2 roches en mer, reliés entre eux par des cordes en paille de riz et symbolisant le couple des créateurs de l'archipel, parents de la déesse Amaterasu.  Les cordes délimitant un espace sacré de la religion Shinto sont renouvelées 3 fois par ans lors de cérémonies avec chants et tambours.

Plus au Sud, à 7 km de Toba, se niche Toba et son activité de pêches perlières. Le roi de la perle, Mikimoto Kokichi, a réussi pour le 1ère fois au monde à produire des perles de culture. Un musée très intéressant y est consacré.

© 2019 by Gilles Hanauer / Proudly created with Wix.com

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic