Geisha geiko maiko
L'emballage

Geisha, Geiko, Maïko, emballage, kimono

Geiko, plus usité que geisha, signifie "la personne excellant dans l'art" (jadis les geishas étaient des hommes). Vers 18h, une geisha va dans un restaurant où un salon privé pour environ 2h. Elle tiendra compagnie à un patron, ses subordonnés proches et des invités. Son rôle est de les distraire grâce à sa conversation et en jouant à des jeux de société. Mais sa fonction première est d'écouter leurs blagues souvent grasses et d'en rire avec eux. Pourtant, elle sait aussi chanter, jouer de la musique, danser. Un client paiera 1 000 € de droit d'entrée si c'est la 1ère fois qu'il vient et une bouteille qui peut revenir à 6000 € selon l'endroit. Certains patrons offrent des parfums français, des montres de prix et même des voitures de luxe ! La crise a révisé à la baisse ces services onéreux. Une geisha n'est pas une prostituée et doit demeurer célibataire. Elle recherchera un riche protecteur - un danna - souvent marié qui l'entretiendra (mais qui continuera à payer les prestations, question de prestige).

L'éducation d'une geisha est longue et coûteuse. La prestation des apprenties geishas (maïko) est 2 fois moins chère. Avant d'être apprenties, elles sont domestiques dans l'école de geishas. A 15 ans, la maïko passe un examen de fin d'études pour devenir geisha. A cet âge, il était coutume que la tenancière de la maison-école mette aux enchères la virginité de la maïko. Avec une cérémonie à la clé (mizuage) le gagnant payait entre 120 000 et 200 000 € pour un an de sexe exclusif. La toilette d'une geisha est complexe et longue. Huile, fard blanc sur le visage, touches de rouge, bouche qui doit ressembler à une cerise, nuque blanchie en laissant trois triangles de chair, appelés "les 3 jambes" tandis que celle des maïko n'ont que 2 jambes. Cette chair nue est le comble de l'érotisme laissant entrevoir une intimité interdite (telle la mini-jupe chez nous). Il faut encore une heure pour endosser le kimono, nouer le obi, enfiler ses socques et sortir. La coiffure, formée de deux globes enroulés autour d'un chiffon, évoque un postérieur. Elle est nommée d'ailleurs "pêche-fendue". La coiffure devant tenir une semaine, la geisha use d'un repose-tête pour dormir.

Obi

Cette large ceinture est portée sous les seins par les jeunes filles, plus bas par les femmes mariées et encore plus lâches par les geishas qui doivent jouer avec leurs formes. Comme on ne porte pas de bijoux avec un kimono, cette ceinture de 4 mètres, nouée savamment, se doit d'être belle et de couleur différente du kimono mais en harmonie. Le nombre de modes de nouage, de largeurs, de textures, donnent de possibilités infinies de style.

L'emballage

 C'est un art qui s'exprime jusque chez l'épicier. Acheter une pomme emballée comme un trésor ou revêtir un kimono, relève au fond d'une même démarche faisant référence au sacré. L'emballage des cadeaux est plus important que la valeur de l'objet offert et d'ailleurs on n'ouvre pas le cadeau en présence du donneur.

 Le kimono, réceptacle comme tout vêtement de cette illusion qu'est l'amour selon les bouddhistes est donc plus érotique que le corps. Tissu de 12 mètres de long et de 33 à 38 cm de largeur et coupé en 7 lés assemblés bord à bord, le kimono fait de soie, de chanvre et de coton était en harmonie avec le bois, le papier et la paille. Un temps en disgrâce, il revient en force de nos jours, sa forme floue correspondant à l'époque. Le dimanche on croise partout des kimonos même modestes.

© 2020 by Gilles Hanauer

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon