Quel rapport entre les cerisiers en fleurs et les lolitas perverses ?

Comment un Japonais peut-il être à la fois bouddhiste, shitoïste, animiste, voire athée ?

Pourquoi s'embrasser équivaut à faire l'amour ?

Pourquoi vivre avec une femme alors qu'il y a des poupées si parfaites ?

Pourquoi "faire un tour" en voiture est-il le top du loisir ?

Pourquoi les Nippons préfèrent-ils l'asymétrie, les angles, les vides ?

Pourquoi prendre un bain le matin est-il un signe de paresse ?

 

  Il ne se passe pas une semaine qu’on me demande un avis sur un voyage au Japon. Je passe auprès de certains pour en être un expert.

 

  C’est que j’y ai travaillé pour une multinationale à Kobe et Tokyo il y a des années, que j’ai visité ce pays une quarantaine de fois depuis 40 ans (il est rare que je n’y aille pas au moins une fois l’an). Depuis quelques années j’y expose mes photos après avoir signé un accord entre mon club-photo et celui d’Ashiya (Kobe) et j’y ai même été juge deux ans pour un concours nippon. Ainsi j’ai de nombreux amis photographes (ou non) et enfin, j’ai même publié des livres (Photos et romans japonisants).

 

  C’est dire mon intérêt pour ce pays avec lequel j’ai noué cette relation à 17 ans en pratiquant modestement l’aïkido avec un maître japonais. Mais essayer de comprendre le pays c’est ouvrir sans cesse des portes posant plus de questions qu’elles n’en résolvent.  N’est-ce pas Lafcadio Hearn qui écrit en 1904 :" Je me rends compte que je ne comprends pas le moins du monde les Japonais. Je crois donc que je suis prêt à écrire cette essai".

  Comme lui, j’en suis là. Comme lui je sais que je ne peux pas pénétrer leur mode de pensée, je peux juste établir des interférences liées à l’observation.

Tout mes amis et relations pensent que je suis amoureux du Japon. C’est faux. Est-ce qu’un anthropologue est amoureux de son sujet d’étude ?

Le Japon... J'en déteste une foule d'aspects : le consumérisme, la mièvrerie, le machisme, l'alcool, le mensonge, le flicage entre soi, l'hypocrisie, l'absence d'initiative, d'échange franc d'idées, le fatalisme, le respect grotesque des procédures et de l’ancienneté. Mais porter des jugements, c'est d'abord parler de soi et non de l'autre.

  Mais j'aime le vivre-ensemble du Japon, l'harmonie, la confiance, la sécurité, l'intériorisation du beau, à travers la philosophie, la pratique, l'esthétisme du dépouillement, le silence évocateur, la nature vénérée, l'éphémère comme bagage, le détail engendrant le sens, la délicatesse et le trash unis mystérieusement.

 Japing n'a d'autre but que de vous fournir des notions sur ce pays, peut-être de préparer votre voyage… Et au pire, de voyager un peu avec mes photos et de répondre aux questions posées au début…  

         Gilles Hanauer

 

© 2019 by Gilles Hanauer / Proudly created with Wix.com

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic